Le monastère de Gandzasar au Haut-Karabakh en 2010. Image : Alaexis Wikimedia CC BY-SA 3.0
Le monastère de Gandzasar au Haut-Karabakh en 2010. Image : Alaexis Wikimedia CC BY-SA 3.0

Europa Nostra et l'Association européenne des archéologues appellent à la protection du patrimoine culturel du Haut-Karabakh

En réponse au conflit du Haut-Karabakh, Europa Nostra et l’équipe de Association européenne des archéologues, membres de Alliance européenne du patrimoine, appellent à la protection du patrimoine culturel dans la région du Caucase.

Selon les organisations patrimoniales, le patrimoine culturel du Haut-Karabakh est « l'expression d'un passé et d'un présent multiculturel et multireligieux de la région et de l'Europe dans son ensemble ».

Les organisations patrimoniales condamnent la destruction du patrimoine culturel dans la région et demandent, entre autres, une équipe internationale impartiale pour mener une enquête scientifique objective sur le patrimoine culturel dans la région.

La déclaration complète se lit comme suit :

Nous, représentants d'Europa Nostra et de l'Association européenne des archéologues (...) souhaitons réitérer notre engagement commun en faveur de la préservation holistique de l'intégrité, de l'authenticité et de la diversité du riche patrimoine culturel qui se trouve dans la région du Caucase et qui est le l'expression d'un passé et d'un présent multiculturel et multireligieux de cette région et de l'Europe dans son ensemble. C'est pourquoi nous déplorons et condamnons tout acte de dégradation, de destruction ou de déformation de sites du patrimoine culturel, qui se produit à la suite d'un conflit ou du manque de respect pour l'une des cultures qui ont prospéré dans la région du Caucase, et en particulier dans et autour de la zone internationalement connue sous le nom de Haut-Karabakh. Se référant à de nombreux documents internationaux et européens, nous souhaitons rappeler que de tels actes sont clairement inacceptables et illégaux. Nous croyons fermement à la valeur essentielle du patrimoine culturel en tant que ressource vitale et responsabilité que les générations présentes doivent transmettre aux générations futures. Nous reconnaissons et célébrons les diversités culturelles telles qu'elles sont représentées dans notre patrimoine commun ; ceux-ci peuvent aider à construire des ponts de respect mutuel et de compréhension au-dessus des divisions ethniques ou religieuses, en tant qu'élément essentiel de la construction d'une paix durable. Nous sommes ainsi convaincus que toute destruction de patrimoine, ou toute déformation et/ou méconnaissance de l'histoire (de l'art) a l'effet inverse, ouvrant souvent le terrain à des cycles renouvelés de méfiance, de conflit et même de violence. En tant que réseaux européens du patrimoine qui collaborent étroitement et fructueusement avec l'Union européenne, nous applaudissons et approuvons donc la Conclusions récemment adopté par le Conseil de l'Union européenne se félicitant de la Concept de l'UE sur le patrimoine culturel dans les conflits et les crises, qui renforce l'approche de l'UE pour promouvoir la paix, la sécurité, la démocratie et le développement durable. Plus précisément, nous nous félicitons de la résolution RC-B9-0277/2021 adopté par le Parlement européen le 21 mai 2021 en réponse au dernier conflit dans la région. Nous approuvons en particulier son article 16 qui stipule que le Parlement européen « Insiste fortement pour que les deux parties s'abstiennent de toute action détruisant le patrimoine arménien en Azerbaïdjan et le patrimoine azéri en Arménie ; appelle à la restauration complète des sites démolis et à une plus grande implication de la communauté internationale dans la protection du patrimoine mondial dans la région » ainsi que son article 21 qui stipule que le Parlement européen «Appelle la Commission européenne et les États membres à continuer de soutenir la fourniture d'une aide humanitaire d'urgence et le travail des organisations internationales dans ce domaine et sur la protection du patrimoine culturel et religieux, ainsi qu'à soutenir les organisations de la société civile en Arménie et en Azerbaïdjan qui contribuent véritablement à la réconciliation ». À la lumière de ce qui précède, En tant que priorité urgente, en raison d'allégations alarmantes de diverses parties concernant des dommages, destructions et/ou distorsions délibérés du patrimoine culturel qui se sont produits dans et autour de la région du Haut-Karabakh, nous appelons à une équipe européenne/internationale impartiale d'experts pour accéder à la région afin de mener une étude scientifique complète et objective du patrimoine culturel riche et diversifié dans cette région, avec une évaluation connexe de son état de conservation. Nous sommes convaincus que ce sera dans le meilleur intérêt à la fois de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie, de leur peuple et de leur culture, ainsi que du reste de l'Europe et de l'humanité. Plus généralement, nous exhortons l'Azerbaïdjan et l'Arménie à collaborer et à respecter leurs engagements, leurs responsabilités et leurs obligations internationales sur la base de la déclaration trilatérale mettant fin aux récentes hostilités qu'ils ont cosigné avec la Fédération de Russie le 9 novembre 2020 ainsi que sur la base des principaux documents internationaux et européens relatifs au patrimoine culturel signés par ces deux pays. Nous exhortons également l'UNESCO, le Conseil de l'Europe et le groupe OSCE-Minsk à unir leurs forces pour encourager et soutenir les efforts positifs en faveur de la sauvegarde globale du patrimoine multiculturel et multireligieux menacé dans la zone touchée. En ce qui concerne l'Union européenne, nous invitons les institutions de l'UE et les États membres à appliquer à la région du Haut-Karabakh les principes des conclusions du Conseil de l'UE susmentionnées et à adopter des mesures positives concrètes conformément au document conceptuel de l'UE sur la culture Le patrimoine dans les conflits et les crises. Enfin et surtout, nous offrons notre vaste expertise et notre expérience en matière de patrimoine pour contribuer à la protection de l'intégrité, de l'authenticité et de la diversité du riche patrimoine culturel dans et autour de la région du Haut-Karabakh, comme dans d'autres régions du Caucase. Nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties prenantes concernées pour aider à utiliser le patrimoine culturel (matériel et immatériel) comme un pont entre les différentes communautés et comme un vecteur pour (re)construire le respect, la confiance et le dialogue comme conditions préalables à une paix et une prospérité durables au sens large. Région.

La source: Europa Nostra.

X