Blog ESACH | Enregistrement des différentes approches de la protection du patrimoine culturel

Leçons tirées du cas de l'Arabie saoudite

Lorsqu'on pense à la protection du patrimoine culturel, la première question qui pourrait nous venir est pourquoi est-il nécessaire de sauvegarder le patrimoine culturel? Les réponses apportées à cette question varient en fonction des différentes traditions juridiques des États et, par conséquent, des principes culturels qui sous-tendent leurs lois et réglementations. Pourtant, l'axiologie présentée par l'historien de l'art autrichien Aloïs Riegl est un bon point de départ pour réfléchir à ce sujet.

Écrit par: Vanesa Menendez Montero

Figure 1: Vue aérienne de La Mecque (Arabie Saoudite). Source: Al Jazeera English, Britannique

Différentes approches, un seul objectif: protéger le patrimoine culturel

Selon Riegl (1903), les valeurs attachées par les sociétés à leurs biens culturels sont diverses. Il peut s'agir de souvenirs ou de souvenirs contemporains. Parmi les premiers, la valeur historique justifie la protection des biens culturels pour maintenir leur capacité documentaire. Cette perspective déclenche l'élaboration et la mise en œuvre de législations et de politiques publiques visant à assurer sa préservation sur place ou impliquant le minimum d'intervention humaine possible. Telle est l'approche adoptée par la plupart des États occidentaux et les organisations internationales vouées à la protection du patrimoine culturel, telles que la Organisation des Nations Unies pour l'économie, la société et la culture (UNESCO).

Quant au second, c'est-à-dire au sein des valeurs contemporaines, un aspect crucial à mettre en évidence est la valeur instrumentale. Cela sous-tend la protection des biens culturels pour autant qu'ils satisfassent à certains besoins matériels ou aient une utilisation pratique. Ainsi, la priorité est donnée à la restauration ou à la réutilisation des biens culturels si cela continue à apporter un avantage concret et raisonnable à la communauté locale. Il s'agit de la valeur dominante de la loi et de la pratique liées à la préservation du patrimoine au sein des États islamiques.

La protection islamique du patrimoine culturel, ses sources et ses fondements

Les États islamiques façonnent la protection juridique du patrimoine culturel sur leur territoire en suivant les instructions du Coran, l'un de ses concepts fondamentaux étant le 'aquidah (croyance) (Mahdy 2019, p3). Selon le 'aquidah, rien de matériel n'est sacré ou n'a une valeur intrinsèque, à quelques exceptions près. C'est pourquoi, pour ces États, les bâtiments historiques doivent être protégés dans la mesure où ils ont une fonction sociale, généralement liée à des fins caritatives, à l'utilisation des espaces publics environnants ou comme moyen de favoriser le développement.

Figure 2: Constructions autour de la Mecque (Arabie Saoudite). Source: Agence de presse saoudienne, SUSTG

Ce contraste de valeurs, qui prévaut dans la protection et la gestion du patrimoine culturel, a donné lieu à de nombreux conflits entre certains États occidentaux vis-à-vis certains États islamiques. Les exemples d'Arabie saoudite reflètent clairement certaines de ces tensions. 

Depuis 1926, l'Arabie saoudite a détruit plus de 90% des quartiers historiques entourant les villes saintes de La Mecque et de Médine. Alors que ces événements ont provoqué un tollé d'États comme la Turquie et deux des Rapporteurs spéciaux des Nations Unies, l'ancien ministre saoudien des affaires islamiques, Saleh ben Abdul-Aziz ben Mohammad al-Cheikh, a excusé ces actions comme étant menées sous la souveraineté de l'État saoudien. De plus, il a souligné que ces activités n'avaient jamais eu d'incidence négative sur les sites inclus dans la Liste du patrimoine mondial, comme le site archéologique d'Al Hijr - Madain Salih.

Figure 3: Site archéologique d'Al-Hijr (Madâin Sâlih) (Arabie saoudite) Source: Commission royale pour AlUla, UNESCO 

Cette affaire est éclairante dans la mesure où elle reflète la difficulté d'identifier si, dans quelle mesure et sur quelles bases les États islamiques protègent efficacement leur patrimoine culturel, remettant en cause inversement la mesure dans laquelle la perspective chrétienne-historique prévaut dans le cadre international de la culture culturelle. protection du patrimoine.

La protection du patrimoine islamique dans le cadre du patrimoine mondial

On se demande comment la Convention du patrimoine mondial de 1972 a peut-être concilié ces deux approches différentes de la protection du patrimoine culturel. Ici, nous devons faire deux appréciations essentielles. Premièrement les Organisation de la Ligue arabe pour l'éducation, la culture et la science (ALECSO) a participé aux réunions du Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO pour unifier les positions arabes et rallier le soutien international aux dossiers arabes proposés pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Deuxièmement, alors que l'islam évalue positivement les sciences et leur développement, la progression de l'archéologie vers une discipline scientifique explique l'intérêt croissant des États islamiques pour la protection des sites archéologiques, correspondant ainsi à l'approche conservatrice des États occidentaux. Pourtant, ces sites ont toujours une fonction sociale digne de protection, qui est directement liée au développement des connaissances scientifiques elles-mêmes. Parfois, cela s'étend à toutes les antiquités et vestiges historiques, préservés au-delà de leur simple valeur culturelle. 

Nous ne pouvons donc pas affirmer que les États islamiques ne protègent pas le patrimoine culturel matériel situé sur leur territoire simplement parce qu'ils consentent à la destruction de la partie de celui-ci qui a cessé de remplir une fonction sociale. Au contraire, s'agissant du patrimoine culturel digne de protection au titre des motifs susmentionnés, les États islamiques l'ont rarement détruit, comme l'ont fait certains acteurs non étatiques prônant une interprétation plus conservatrice de l'islam avec ces biens culturels non alignés sur leurs croyances. En effet, des universitaires régionaux des États islamiques ont condamné publiquement et avec force ces actions (Mahdy 2019, p6).

Gardant cela à l'esprit, une leçon à tirer des approches de préservation du patrimoine islamique nous amène à la question énergique que l'échange même soulève: Avons-nous besoin de préserver et de consacrer du temps et des ressources à ces biens culturels qui ont cessé de remplir une fonction sociale ou qui ne rapportent plus un avantage aux communautés locales? De plus, si nous acceptons que les régimes de préservation du patrimoine soient fortement influencés par des subjectivités différentes, comment des organismes impartiaux réputés tels que l'UNESCO et les États eux-mêmes peuvent-ils juger des prémisses dans lesquelles la préservation du patrimoine culturel est réalisée ainsi que de son efficacité?

A propos de l'auteur

Vanesa Menéndez Montero est titulaire d'un double diplôme en droit et sciences politiques de l'Université autonome de Madrid et d'un LL.M. en droit international public à l'Université de Leiden. Actuellement, elle est chargée de cours en droit international public à l'Université autonome de Madrid. Ses recherches portent sur le droit international du patrimoine culturel et les intersections entre ce droit et d'autres branches du droit international, principalement le droit international de l'environnement, le droit international des droits de l'homme et le droit pénal international. Droit.

Références

  • González-Varas, Ignacio (2018). Patrimonio Cultural. Conceptos, débats et problèmes. Cátedra, Madrid : 99-119. 
  • Mahdy, Hassam (2019). «La conservation du patrimoine culturel est-elle halal? Perspectives sur les valeurs patrimoniales enracinées dans les traditions arabo-islamiques »Dans: Avrami, E., MacDonald, S., Mason, R., & Myers, D., (eds.) Valeurs en gestion du patrimoine: approches émergentes et orientations de recherche. Le Getty Conservation Institute, Los Ángeles: 127-140.
  • Rico, Trinidad et Lababidi, Rim (2017). «Extrémisme dans les débats sur le patrimoine culturel contemporain sur le monde musulman» Future Anterior: Journal of Historic Preservation, History, Theory and Criticism, 14 (1): 95-105.
  • Riegl, Aloïs (1903). Der moderne Denkmalkultus. Sein Wesen et seine Entstehung. W. Braumüller, Vienne et Leipzig.
  • Osser, Edek (2015). «Pourquoi l'Arabie saoudite détruit-elle le patrimoine culturel de La Mecque et de Médine?» Le journal d'art. Disponible à:https://www.theartnewspaper.com/comment/why-is-saudi-arabia-destroying-the-cultural-heritage-of-mecca-and-medina>
  • HCDH, (2015). Destruction intentionnelle du patrimoine culturel en tant que violation des droits de l'homme à Bahreïn et en Arabie saoudite. Disponible à:https://www.ohchr.org/Documents/Issues/CulturalRights/DestructionHeritage/NGOS/ADHRB.pdf>
X