Source : Alma Hoekstra
Source : Alma Hoekstra

Recherche Faro Blog | Retour aux sources

Je peux conclure ma quête de Faro avec un sentiment de contentement. En septembre dernier, je craignais que la Convention ne nous réserve des changements radicaux et que le rôle du professionnel du patrimoine se réduise bientôt à organiser des barbecues de quartier. Mais mes craintes se sont avérées infondées. Nous sommes déjà au milieu de ces changements, et mon expérience jusqu'à présent a été positive.

Au cours des derniers mois, j'ai été frappé par la façon dont le secteur du patrimoine travaille déjà à ce que prescrit la Convention de Faro. Certes, c'était ma mission d'en savoir plus sur les projets qui le font réellement. Mais une fois que j'ai commencé à prêter attention aux problèmes liés à Faro - de la participation et de l'inclusion aux histoires et à la propriété - j'ai soudainement trouvé des signes de ces développements partout. Des faits divers sur les « histoires » derrière le patrimoine. Des archéologues parlent d'archéologie communautaire. Musées et nouvelles spécialisations patrimoniales axées sur la diversité et l'inclusion. Et l'autre jour, j'ai participé à un événement patrimonial en ligne à grande échelle consacré aux sujets de Faro.

Faro est tout autour de nous

Au départ, je voyais une convention comme un tournant majeur de l'histoire, le début d'une nouvelle ère. Mais cette image ne semble pas s'appliquer à Faro. Alors que la plupart d'entre nous essaient encore de déterminer ce que la mise en œuvre entraînera, nous réfléchissons et discutons tous de bon nombre des problèmes abordés par la convention. Nous pouvons trouver des éléments de Faro tout autour de nous.

En même temps, je suis frappé par le peu de personnes – même parmi celles que j'ai interviewées – connaissent la convention. Mais à la réflexion, ce n'est peut-être pas si étrange. Faro a été établie en tant que Convention européenne en 2005 par des experts du patrimoine et le Conseil de l'Europe. Cela semble avoir mis une distance considérable entre la convention elle-même et les citoyens. Même moi, j'ai dû travailler dur pour combler cet écart. L'initiative citoyenne est l'une des idées centrales de Faro, mais la convention n'est pas née des citoyens eux-mêmes. Jusqu'à présent, il s'agissait principalement d'une convention pour et par des professionnels. Un beau guide qui permet aux fonctionnaires d'orienter leurs politiques.

Durabilité

Mais alors que la convention peut sembler être une entité lointaine, de nombreuses idées qui fleurissent déjà dans l'esprit de nos citoyens sont tout à fait dans l'esprit de Faro. Parmi eux se trouvent des idées qui reflètent un autre mouvement social fort : le virage vers la durabilité. Pour mon entretien final, j'ai parlé avec Pascal Gelling, 27 ans. Son projet Conserve the Future explore comment les méthodes traditionnelles de conservation des aliments peuvent être intégrées au mouvement de la durabilité.

Depuis quelques années, Pascal constate un intérêt croissant, notamment chez les jeunes, pour le patrimoine matériel et immatériel. Il pense que c'est parce que de nombreux jeunes sont attirés par la durabilité. Ils ne sont plus obsédés par tout ce qui est luxueux et moderne, mais ressentent davantage le désir de revenir à l'essentiel. Ils portent des vêtements d'occasion, achètent de la nourriture locale, veulent travailler de leurs mains et vivent selon la devise « cuisson lente, vie lente »… un état d'esprit qui n'est qu'à quelques pas de la façon dont les choses se faisaient autrefois. Laissez le patrimoine être votre inspiration et revenez à l'essentiel, c'est ce que je dis.

La bonne direction

La durabilité n'est pas le seul sujet qui semble être plus chaud et plus branché. D'autres concepts fondamentaux de Faro, tels que la diversité et l'ouverture, viennent également beaucoup plus naturellement à la jeune génération. Les groupes hiérarchiques sont peu attrayants pour nous. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus tournés vers l'extérieur : chez nous, il s'agit d'obtenir le plus de likes possible.

Tout compte fait, nous avançons dans la bonne direction. Mais il faudra du temps pour atteindre notre destination : Faro. Certaines personnes sont plus réceptives au changement que d'autres – c'est comme ça. Et il ne faut pas oublier que le patrimoine a toujours été la chose à laquelle nous nous accrochons en période de turbulences. Cette tendance peut freiner le changement. Mais cela peut aussi nous empêcher de devenir si radicaux que d'en abuser. Les professionnels du patrimoine n'ont pas encore besoin de recourir aux barbecues de quartier.

J'espère te revoir bientôt!

Alma

Cet article a été initialement publié en anglais. Les textes dans d'autres langues sont traduits par l'IA. Pour changer de langue : allez dans le menu principal ci-dessus.

X