Une des tapisseries de Pastrana
Une des tapisseries de Pastrana. Source: Pasquier Grenier CC0 Wikimedia

Histoire du patrimoine culturel caché: les tapisseries de Pastrana

A 102 km de Madrid, au sud de la province de Guadalajara, on trouve le village de Pastrana, très riche de son histoire et de son patrimoine culturel. Aujourd'hui, nous parlons d'une partie de cet énorme héritage, appelé «les tapisseries de Pastrana».

Envoyez-nous par: Julia Heras

C'est Alfonso V du Portugal (1448-1481) qui a ordonné la fabrication des tapisseries. Nous ne pouvons pas déterminer la date, mais nous savons qu'ils ont été mentionnés pour la première fois en 1532, dans le testament du 3ème duc de l'Infantado. Ils ont été conservés dans les palais des ducs, d'abord à Madrid puis à Guadalajara, jusqu'en 1667, date à laquelle les tentures ont été envoyées à la «colegiata» de Pastrana, une église baroque construite au XVIIe siècle à laquelle fut incorporée l'église gothique d'origine construit au XIVème siècle par les chevaliers de l'Ordre de Calatrava.

Quelque temps après l'arrivée des tapisseries dans la ville, l'église et le conseil municipal ont convenu de couper les morceaux en deux afin qu'ils puissent être plus facilement déplacés dans et hors de l'église, en particulier le jour du Corpus Christi, quand ils ont été emmenés à la rue (Calle Mayor) pour la procession. Avec le temps, les tapisseries se détériorèrent au point de se terminer sur le sol de la grande sacristie de la collégiale. Ce serait au XXe siècle que le professeur D.Elias Tormo y Monzó les découvrit et attirait l'attention sur leur signification historique et artistique, puisqu'ils représentaient avec beaucoup de détails et de perfection les conquêtes du roi Alfonso du Portugal des villes de l'Alcazar Seguer (1458 ) et Arcila en 1471. Sous la Seconde République, les pendaisons furent transportées à Paris, dans le cadre du Pavillon portugais de l'Exposition internationale d'art et de technologie dans la vie moderne, organisée en 1937. Les habitants de Pastrana s'opposèrent à la traduction de leur patrimoine par le soupçon qu'ils ne reviendraient jamais.

Détail d'une des tapisseries de Pastrana. Source: Passchier Grenier CC0 Wikimedia

En juillet 1936, la guerre civile espagnole éclate. Les tapisseries ont été transportées en Suisse avec d'autres trésors espagnols. Ils sont revenus à Madrid en 1940 et ont été conservés dans la fabrique royale de tapisseries (Real Fábrica de Tapices). Au cours de ces années, le marquis de Lozoya, directeur général des beaux-arts au ministère de l'Éducation, proposa de les emmener à l'Alcazar de sa ville natale de Ségovie, mais le prêtre et le maire de Pastrana rendirent visite au général Franco et il ordonna que les tapisseries soient être retourné à son propriétaire légitime. Avec les tentures et autres pièces artistiques de l'église, le prêtre, Don Mariano Moreno Pastor, a ouvert le «Musée paroissial» le 16 juillet 1950. L'institution d'origine était entourée de pauvreté: un éclairage médiocre et une voie primitive et risquée comme les tapisseries étaient accrochés avec des clous réguliers mais puissants. 

Le musée ne changera pas pendant longtemps, bien que ses soins se soient améliorés grâce au zèle d'autres pasteurs, principalement don Enrique Cabrerizo et don Licinio Garcia Yagüe. Cependant, en 2005, il a été constaté que les tentures étaient infectées par des insectes microscopiques. Grâce à la Fondation Carlos Amberes, ils ont été emmenés à Bruxelles pour y être restaurés. L'une des causes de cette infestation était que le musée primitif n'avait pas de mesures de conservation appropriées. A cette occasion même le bâtiment (ancienne sacristie de la collégiale) dans lequel les tapisseries avaient été exposées a subi une grande rénovation. Mais comme les fonds étaient insuffisants, pour payer la nouvelle construction, les pendaisons ont fait un long tour en Espagne et dans le monde (Bruxelles, Tolède, Dallas, San Diego…) Pendant ce temps, les habitants de Pastrana pensaient aussi que les tapisseries ne reviendraient pas.

Pastrana, Espagne. Source: PMRMaeyaert CC BY-SA 4.0 Wikimedia

Mais ils sont revenus et finalement, le 14 octobre 2014, le nouveau «Museo Parroquial de Pastrana», avec les tapisseries, comme principal centre d'attraction, a été inauguré. Ce nouveau musée possède tout le nécessaire à leur conservation, avec une attention particulière à la filtration de l'air et au bien-être des trésors. Cette réouverture du musée comprenait également l'incorporation de deux guides qui sont des habitants de la région, et maintenant les tapisseries sont particulièrement importantes car elles sont pratiquement la seule source de tourisme de la ville. N'oubliez donc pas de penser à Pastrana la prochaine fois que vous planifiez votre voyage en Espagne; vous ne le regretterez pas.

A propos de l'auteur

Je m'appelle Julia Heras, je suis étudiante en histoire à l'Université Rey Juan Carlos (Fuenlabrada, Madrid). Mon domaine d'intervention est la gestion du patrimoine culturel en relation avec le tourisme durable. J'aime aussi écrire sur les sujets que je trouve intéressants liés à la conservation, la gestion et l'innovation dans le monde du patrimoine culturel. 

Cet article a été initialement publié en anglais. Les textes dans d'autres langues sont traduits par l'IA. Pour changer de langue : allez dans le menu principal ci-dessus.

X