Des manifestants à bord de petits bateaux et sur le quai ont « accueilli » le premier paquebot de croisière depuis 17 mois à Venise. Image : Reuters/Youtube

Les Italiens protestent contre le retour des bateaux de croisière à Venise

À la suite de l'assouplissement des restrictions corona en Europe, les touristes voyagent à nouveau à travers le continent. À Venise, en Italie, le premier bateau de croisière en 17 mois a traversé la ville. Mais alors que les gros navires retournent dans la ville des ponts, les protestations des citoyens contre et en faveur des navires de croisière font de même.

L'énorme navire de croisière a été accueilli par des habitants en colère dans des bateaux qui protestaient contre son retour. Et les manifestants ont raison, puisque le gouvernement italien a déjà adopté une loi en mai 2021 qui stipule que les navires doivent accoster à l'extérieur de la lagune, selon le journal italien. La République a écrit. Mais comme la construction d'une nouvelle route maritime, de places d'amarrage et de terminaux touristiques prend des années, l'interdiction actuelle des grands navires est levée car il n'y a pas de voie navigable alternative.

Voile honteuse

Le 3 juin, le mouvement « No Grandi Navi » (No Big Ships) a manifesté contre l'arrivée d'un paquebot de croisière, qui est reparti le 5 juin. Les manifestants pensent que les grands navires ont un "impact dévastateur" sur le site du patrimoine mondial de l'UNESCO, ses fondations et son environnement délicat, selon le journal italien Corriere della Serra signalé. (Le texte continue sous la vidéo)

No Grandi Navi prétend que le gouvernement a dupé les habitants de Venise. Comme la nouvelle route est en cours de planification, les navires de croisière devraient être redirigés vers le port industriel de Marghera, à l'extérieur du centre-ville historique. Mais pour rendre cette route temporaire accessible aux grands navires de croisière, des travaux d'infrastructure doivent d'abord être effectués. En attendant, les navires ne peuvent entrer à Venise que par le canal de la Giudecca, directement à travers la lagune de la ville.

L'itinéraire actuel (violet) suit le canal de la Giudecca, tout droit devant le centre-ville historique et protégé de Venise. Image : Google Maps

"Le gouvernement savait que c'était impossible, car le canal que les navires doivent traverser pour atteindre Marghera est trop étroit et pas assez profond", a déclaré Tommaso Cacciari, chef du groupe militant No Grandi Navi. The Guardian. Le mouvement veut protester pour expliquer au gouvernement pourquoi les gros navires sont revenus au cœur de Venise. "C'est honteux", a ajouté Cacciari.

Des images d'une Venise déserte ont fait le tour du monde ces derniers mois, et même les dauphins sont revenus sur les canaux de la ville. Les habitants espéraient que la vie après la pandémie changerait, rendant la ville moins dépendante du tourisme de masse nocif. Cependant, la résidente locale Elena Riu n'a pas été surprise que la déclaration du gouvernement n'ait abouti à rien. "Mais plus que tout, cela me met en colère car nous avons eu tout ce temps pendant la pandémie pour réfléchir et trouver quelque chose de mieux", a-t-elle expliqué. "Au lieu de cela, rien n'a changé."

Retour attendu depuis longtemps

De l'autre côté de la question se dresse le mouvement « Si Grandi Navi ». Il accueille à bras ouverts les navires de croisière « parce que le secteur n'a pas fonctionné depuis 17 mois », écrit le Corriere della Serra. Étant donné que des villes comme Venise dépendent des touristes, la dernière année et demie a été très dure pour les habitants car ils ont perdu leurs revenus. Cependant, la pandémie a montré que les secteurs du patrimoine et du tourisme italiens dépendent d'un tourisme de masse non durable pour survivre. France24 a rapporté les effets de la pandémie sur le tourisme dans la vidéo ci-dessous. (Le texte continue sous la vidéo)

Les croisiéristes sont heureux de revenir à Venise, également parce que « la communauté locale nous a demandé à plusieurs reprises de revenir », a expliqué Francesco Gallieti, directeur de l'unité Italie de la Cruise Lines International Association. « Depuis des années, l'industrie des croisières demande aux autorités une solution stable pour l'accès des navires à Venise », a-t-il ajouté. Mais jusqu'à présent, les négociations n'ont abouti à rien car les gouvernements fédéral, régionaux et locaux n'ont pas trouvé d'accord sur les divergences politiques. 

Les croisiéristes cherchent à convertir les (anciens) ports industriels à l'extérieur de la vieille ville en quais temporaires. "Cependant, ils doivent être réutilisés pour une utilisation par les passagers … ce qui nécessitera environ six mois", a ajouté Gallieti.

La source: Corriere della Serra (Italien), La République (Italien) et The Guardian

Découvrez patrimoine et tourisme, ou consultez l'une des balises ci-dessous:

X