Vous ne voulez pas un travail de bureau ? Travaillez avec des métiers historiques, selon la fondation allemande du patrimoine

La Fondation allemande pour la protection des monuments tient à souligner les avantages de travailler dans l'artisanat du patrimoine - non seulement pour la conservation, mais comme une opportunité pour les jeunes de démarrer une carrière.

Image: Thierry Milherou via Pixabay
Image: Thierry Milherou via Pixabay

Les métiers historiques sont difficiles à renouveler. Restaurer une toiture ancienne, réparer un orgue de valeur ou conserver des fenêtres d'origine nécessite des compétences qui ne sont pas enseignées dans les écoles ou les universités. Sans ces compétences, cependant, la préservation des monuments est impossible.

Les maîtres artisans qui possèdent ces compétences sont très demandés, mais ils ont tendance à être des personnes âgées. S'ils ne transmettent pas leur savoir-faire aux jeunes générations, il sera perdu. Cela mettrait bien sûr en péril une grande partie de notre patrimoine. C'est un créneau qu'il faut combler.

En Allemagne, les jeunes peuvent demander une « Freiwilliges Soziales Jahr » (FSJ), qui est une année sociale volontaire. Ce temps peut être consacré à des secteurs qui profitent à la société, dont l'artisanat patrimonial. La Deutsche Stiftung Denkmalschutz (Fondation allemande pour la protection des monuments, DSD) tient à souligner les avantages de passer une année à apprendre les métiers du patrimoine en tant que bénévole, tant pour les jeunes que pour le secteur culturel.

Loin du bureau

Apprendre ces métiers traditionnels est loin d'être un travail de bureau. Pour certains jeunes, cependant, c'est un avantage. Anna Kaufman, une jeune de 19 ans qui a passé son FSJ dans un musée à faire de la préservation de monuments, a déclaré à DSD "Je ne veux pas passer ma vie assise devant un écran". Au cours de son année de volontariat, elle a travaillé sur des techniques et des matériaux historiques, ainsi que sur la restauration d'un tableau du XVIIIe siècle.

Pour la jeune génération, les métiers manuels ne sont tout simplement pas cool

Thomas Büscher, 64 ans, qui travaille dans une entreprise de restauration du patrimoine

Si Anna n'est pas la seule jeune à passer son FSJ dans ce domaine, il n'y a pas encore beaucoup de gens qui se lancent dans l'artisanat traditionnel pour faire carrière. "Pour les jeunes, la mauvaise réputation des métiers manuels de la conservation des monuments semble souvent plus présente et les études sont plus attractives en perspective", explique Thomas Büscher, directeur général d'une entreprise de restauration, à DSD. "Pour la jeune génération, les métiers manuels ne sont tout simplement pas cool."

Pour Anna et d'autres bénévoles en métiers du patrimoine, les avantages sont évidents. La FSJ l'a amenée à suivre un apprentissage en menuiserie, dans lequel elle travaille depuis 2021. Désormais, son temps se partage entre le travail manuel dans une entreprise et l'obtention d'une certification à l'école. Non seulement le travail est amusant, mais elle partage sa classe avec d'autres femmes.

Artisans recherchés

Pour les jeunes, il existe des preuves solides que le bénévolat dans ces métiers se traduit par des compétences et un emploi. Philipp Klais, dont l'entreprise familiale fabrique des orgues et des harmoniums depuis 140 ans, forme des bénévoles. Au cours des six dernières années, il n'y a eu presque aucun abandon de stagiaire. La compétence n'est pas seulement demandée en Allemagne, mais même à l'étranger.

À l'époque moderne, les jeunes sont souvent encouragés à se tourner vers les universités universitaires pour trouver un emploi. En Allemagne cependant, ils peuvent être mieux servis par des vocations plus pratiques, car la demande de travaux de conservation ne semble pas ralentir. Pour de nombreux maîtres artisans, le temps presse pour transmettre leur métier.

Lire la suite à monumente-en-ligne (Allemand).

Cette nouvelle a été portée à notre attention par Ambassadrice européenne des jeunes du patrimoine Moritz Richter.

X