Le patrimoine indigène à l'honneur : la culture sâme fait ses débuts à l'exposition d'art de Venise

Giardini della Biennale, Image : Moonik via Wikimedia (CC BY-SA 3.0) / Le drapeau sami (domaine public)
Le drapeau sâme, adopté en 1986, flotte haut dans les Giardini della Biennale de Venise. Image : Moonik (Wikimedia, CC BY-SA 3.0 et domaine public)

La Biennale de Venise est un événement typiquement « national ». Les pavillons pour artistes sont divisés par pays et les spectacles sont commandés par des organismes gouvernementaux. La Biennale a eu lieu, après tout, pour la première fois en 1895, lorsque les identités coloniales européennes atteignaient leur apogée. Une exception, cependant, est le pavillon nordique. Pendant 60 ans, le pavillon nordique a été partagé par la Norvège, la Suède et la Finlande - mais cette année, il a été renommé.

À la Biennale de Venise de cette année, il portera le nom du peuple autochtone qui vit autour de la partie européenne de l'Arctique, les Samis. Historiquement, les Samis ont vécu de l'autre côté du cercle arctique, leur territoire s'étendant entre les pays nordiques et la Russie.

Drapeau sâme

Les gouvernements de ces États se sont engagés à intégrer le peuple sâme dans leur pays au moins jusque dans les années 1960, souvent par le biais de politiques oppressives. Dans de nombreux cas, les Samis ont été chassés de leurs terres ou contraints de renier leur culture. La lutte pour les droits des Samis se poursuit à ce jour, alors que les États nordiques font pression sur les communautés autochtones pour qu'elles renoncent à leurs terres et à leur culture afin de permettre l'expansion de l'État. Alors que les débats sur le colonialisme européen se sont accélérés au cours des deux dernières années, l'oppression culturelle à laquelle sont confrontés les Samis est restée sous le radar.

Les sans frontières

Beaucoup de gens ont une compréhension trompeuse du peuple sami. Les touristes du nord de la Finlande ont suscité une telle demande de culture « authentique » qu'un toute l'industrie du traîneau à chiens est apparu dans la région, bien qu'il ne soit pas de tradition sâme. De même, les travailleurs ont reçu l'ordre de s'habiller en sâme pour impressionner les touristes. Ces traditions ne sont pas authentiques et de nombreux Samis les considèrent comme préjudiciables à la fois à leur mode de vie et à leur terre.

Les Samis ne sont pas contents d'être utilisés pour promouvoir l'industrie touristique d'un pays. "Nous nous considérons comme un peuple sans frontières", a déclaré à Euronews Maja Kristine Jåma, membre du Conseil du Parlement sami norvégien responsable de la culture et du climat. Étant donné que les terres ancestrales des Samis s'étendent sur plusieurs pays, ils ont rarement eu leur propre voix internationale. Transformer le pavillon en pavillon sâme est un pas vers la réconciliation avec les pays nordiques. Le texte continue sous l'image.

Fichier:Sami au nord du cercle polaire arctique, Norvège.jpg
Aire d'alimentation hivernale du troupeau de rennes sâmes. Image : Musée Preus via Wikimedia (CC BY 2.0)

Art, culture et patrimoine

Cette année, le pavillon présentera le travail de trois artistes samis. C'est une opportunité pour le monde de reconnaître différents concepts d'art, de culture et de patrimoine. Pour les Samis, « art » est un mot étonnamment récent. Dans leur philosophie traditionnelle, la beauté et l'utilité font partie de la même chose.

Le thème artistique du pavillon cette année est très clair : la défense du patrimoine sami. L'élevage de rennes, par exemple, est une partie vitale de leur culture, et qui a été historiquement réprimée. Máret Ánne Sara a conçu une installation sculpturale pour Venise, utilisant des veaux de renne comme symboles de la renaissance et des estomacs de renne qui évoquent la « sensation viscérale ».

Anders Sunna, l'un des autres artistes ayant une place cette année, profite de l'occasion pour montrer la longue lutte de sa famille contre la législation suédoise. Ses peintures narratives montrent comment les familles sâmes se battent encore pour préserver leur héritage d'élevage de rennes et de gestion des terres.

Pour les Samis, les expositions de la Biennale ne concernent pas seulement l'art. C'est une chance de montrer au monde que leur héritage n'est pas un héritage nordique - c'est leur propre identité distinctive.

Sources: Euronews, Le journal d'art

X