Marjolein Cremer

Who's Who in Culture & Heritage: Marjolein Cremer de la Fondation culturelle européenne

Pour le citoyen moyen, la politique et les politiques européennes ne sont pas faciles à comprendre. Néanmoins, les décisions de Bruxelles affectent de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Y compris le patrimoine culturel. Pour savoir qui est qui et qui fait quoi dans le labyrinthe bureaucratique de la politique européenne, EHT interroge plusieurs initiés. Dans cet épisode de Who's Who in Culture & Heritage, vous avez l'opportunité de rencontrer Marjolein Cremer de la Fondation culturelle européenne.

Marjolein Cremer travaille en tant que Senior Advocacy Officer à la European Cultural Foundation (ECF), une fondation créée en 1954 promouvoir un sentiment européen et une solidarité démocratique entre les peuples d'Europe. Le travail de Cremer consiste à aider les professionnels de la culture à travailler ensemble au niveau européen.

Quelque chose qu'elle a fait pendant longtemps pour plusieurs organisations culturelles (patrimoniales) aux Pays-Bas. Désormais, elle plaide pour la culture et le patrimoine au niveau européen. «Je suis convaincue que la culture peut ajouter l'inclusion et la solidarité à la société et à l'économie européennes», plaide-t-elle. «Des choses dont nous avons plus que jamais besoin.»

Pour commencer, pouvez-vous nous dire quelque chose sur ce que l'ECF essaie d'accomplir pour le patrimoine culturel? Et quel est votre rôle dans l'organisation?

Tout d'abord, ECF n'essaie pas seulement de représenter le patrimoine culturel, mais l'ensemble du domaine culturel en Europe. Nous sommes une fondation située à Amsterdam, aux Pays-Bas. Nous sommes principalement financés par l'argent de la loterie néerlandaise et nous nous associons à des bailleurs de fonds publics et privés sur un certain nombre de projets. Une partie de notre travail consiste à fournir des subventions et d'autres formes de soutien aux organisations et initiatives culturelles. En dehors de cela, nous sommes également une organisation de défense qui influence les politiques publiques en faveur de la culture.

Marjolein Cremer (à gauche) lors du débat sur la nouvelle démocratie «Co-créer la ville», à Amsterdam. Image: Maarten van Haaff / ECF

Par exemple, je travaille avec plusieurs organisations culturelles dans le Plateforme Europa contribuer à un agenda culturel européen fort. Et avec Europa Nostra reçues par les enchanteurs et permettent aussi Culture Action Europe, mes collègues et moi travaillons sur la campagne pour un Accord culturel pour l'Europe. Cette campagne est spécifiquement conçue pour soutenir le secteur de la culture, de la création et du patrimoine en Europe pendant et après la crise du COVID-19.

Puisque l'Union européenne élabore des politiques et des lois européennes, comment pouvez-vous influencer leurs décisions?

Eh bien, il faut boire beaucoup de café avec beaucoup de monde, haha! Mais sur une note plus sérieuse, il est vital de tendre la main aux officiels appropriés. Vous devez convaincre des personnalités clés des ministères ou au sein de l'UE de l'importance de la culture. Ou montrez comment la culture peut être bénéfique pour les politiques économiques et sociales.

Communiquer avec les bonnes personnes est essentiel pour le travail d'ECF. Ils étaient présents en avril 2019 lors du lancement d'Espaces & Villes Culturels et Créatifs à Bruxelles. Image: Halles Trans Europe / ECF

Mon travail ne consiste pas seulement à modifier les politiques existantes. L'ECF tente également d'influencer les plans futurs et de sensibiliser aux défis futurs. Nous voulons montrer aux fonctionnaires ce dont la culture a besoin et peut offrir financièrement dans les années à venir. En discutant avec de nombreuses organisations culturelles différentes, par exemple dans la plateforme Europa que j'ai mentionnée, j'essaie de traduire les besoins du secteur en législation, politiques ou programmes.

Une grande partie des informations de l'UE est accessible via Internet gratuitement, mais vous devez savoir où les trouver.

Les citoyens estiment souvent que l'UE est trop compliquée à comprendre. Ou ils ne savent pas où trouver des informations. En tant que personne qui travaille dans ce domaine depuis un certain temps, que pensez-vous de cela?

J'ai tendance à convenir que la langue de l'Europe est super bureaucratique. Cependant, l'UE est très transparente lorsqu'il s'agit de fournir des informations. Peut-être même mieux que certains États membres. De nombreuses informations sont accessibles gratuitement via Internet, mais vous devez savoir où les trouver. Néanmoins, il y a encore beaucoup à gagner pour rendre l'institut plus inclusif et accessible aux étrangers.

Mais que remarquent les citoyens, par exemple, de votre travail à l'ECF?

Récemment, j'ai travaillé sur un projet financé par l'UE appelé Espaces et villes culturels et créatifs. Ici, des experts et des décideurs politiques européens ont travaillé avec des parties prenantes et des organisations locales pour résoudre les problèmes locaux dans ce que l'on appelle les Urban Labs. Ce projet est réparti dans 21 pays

Par exemple, l'Urban Lab Helsinki dirigé par Kaapeli - une ancienne usine de câbles et le plus grand centre culturel de Finlande - visait à inciter les citoyens à changer leur rôle de public, à cocréateur. Kaapeli a étudié la propriété publique par rapport à la propriété de la ville, les stratégies de propriété commune et les activités créatives. À travers ces projets, nous espérons contribuer à une infrastructure culturelle européenne et relier les idées européennes aux pratiques locales. Au début de cette année, nous avons publié notre rapport de politique avec des recommandations.

ECF a également contribué à un Urban Lab Timisoara (Roumanie) en décembre 2020. Le projet s'est concentré sur la manière dont les organisations dirigées par la communauté peuvent contribuer à l'élaboration des politiques et ces politiques peuvent être mises en œuvre. Image: Petru Cojocaru / ECF

Quels développements voyez-vous émerger dans le secteur européen de la culture et du patrimoine ces dernières années? Quels thèmes retiennent le plus l'attention?

À l'heure actuelle, une grande attention est portée à la Green Deal européen. Maintenant, le secteur culturel doit se demander: «Comment pouvons-nous contribuer à résoudre la crise climatique?» Espérons que le Nouveau Bauhaus européen le mouvement peut relier la culture, le patrimoine et la durabilité de manière significative.

La crise du COVID-19 ne fera que créer plus de division entre les soi-disant avez reçues par les enchanteurs et permettent aussi avez-pas de de l'Europe

Un sentiment d'appartenance européen

Un autre thème serait la création d'un sentiment d'appartenance européen. Alors que les régimes autocratiques, la polarisation et les inégalités se développent à travers l'Europe, il est vital de promouvoir la diversité, la solidarité et la démocratie. La crise du COVID-19 ne fera que créer plus de division entre les soi-disant avez reçues par les enchanteurs et permettent aussi avez-pas de de l’Europe. Nous devons combler ces fractures sociales croissantes.

Je pense que les gouvernements nationaux doivent travailler ensemble plus rapidement et mieux. Non seulement entre eux, mais aussi avec le Parlement européen et la Commission. Le patrimoine et la culture peuvent jouer un rôle essentiel dans la création d'un espace public européen. ECF contribue également activement à un tel espace. Comment les citoyens peuvent-ils mieux vivre l'Europe? Je pense que lorsque vous commencerez à construire ce sentiment européen, tout le monde en Europe en profiterait.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le travail d'ECF et de Marjolein, vous pouvez cliquer sur ici pour visiter leur site Web.

Découvrez patrimoine en Europe ou consultez l'une des balises ci-dessous:

X