Les marais morbides d'Europe : les secrets des "corps des tourbières" dévoilés

L'Irlandais 'Gallagh Man' (à gauche) et le Danois 'Porsmose Man' sont deux célèbres corps de tourbières qui ont connu des fins horribles. Image : Bullenwächter/Mark J Healey adapté de Wikimedia (Toutes les parties CC BY-SA)

Une équipe internationale d'archéologues a découvert que les soi-disant «corps de tourbière» faisaient partie d'une tradition profondément enracinée en Europe, qui s'étalait sur des millénaires. Les chercheurs analysé plus de 1,000 XNUMX restes humains anciens trouvés dans les zones humides d'Europe, également connus sous le nom de «corps de tourbière». Détail intéressant : lorsque l'archéologue a pu déterminer la cause du décès, la plupart des individus avaient connu une fin violente. "Une nouvelle image fascinante émerge."

L'homme de Tollund photographié en 1931 Image : domaine public

Parce que la tourbière contient très peu d'oxygène, les matériaux organiques comme le bois, le cuir, les textiles et même, dans certains cas, la chair humaine ne pourrissent pas. C'est pourquoi des restes humains peuvent se retrouver dans des conditions extrêmement bien conservées. Cela permet aux chercheurs de reconstituer des détails d'il y a des millénaires, tels que le régime alimentaire des gens et même la cause du décès de certains individus. Quelques exemples sont l'homme Gallagh étranglé d'Irlande et l'homme Porsmose du Danemark (trouvé avec une pointe de flèche dans le nez). L'homme danois de Tollund est l'une des découvertes les plus célèbres, compte tenu de l'excellente conservation de ses traits faciaux.

Image incomplète

Mais précisément ces découvertes célèbres, ont créé des problèmes pour les archéologues, Explique Docteur Roy van Beek, l'un des chercheurs impliqués de l'Université de Wageningen. "L'étude montre que l'accent mis par les recherches archéologiques passées sur un petit groupe de momies de tourbières spectaculaires a déformé nos vues."

Répartition des différentes préservations de restes humains en Europe du Nord. Image : Les auteurs – Antiquity/Cambridge University Press (CC BY 4.0)

Pour obtenir un aperçu plus complet, Van Beek et son équipe ont divisé les corps des tourbières analysés en trois catégories principales : les « momies des tourbières », les fameux corps à la peau, aux tissus mous et aux cheveux préservés ; « squelettes de tourbières », corps complets, dont seuls les ossements ont été conservés ; et les restes partiels de momies ou de squelettes de tourbières. Les différents types de corps résultent principalement de conditions de conservation variables : certaines tourbières sont plus adaptées à la préservation des tissus humains, tandis que d'autres préservent mieux l'os.

"Les trois catégories fournissent des informations précieuses et, en les combinant, une toute nouvelle image émerge", souligne Van Beek. C'est pourquoi l'étude conclut que différents types de corps de tourbières font probablement partie d'une tradition européenne millénaire et profondément enracinée. Le phénomène a commencé dans le sud de la Scandinavie à l'époque néolithique, vers 5000 av. J.-C., et s'est progressivement étendu à l'Europe du Nord. Les découvertes les plus récentes d'Irlande, du Royaume-Uni et d'Allemagne suggèrent que la tradition était encore en usage jusqu'au Moyen Âge et au début des temps modernes.

Hotspot dans la tourbière

L'équipe a également découvert qu'il existe des «points chauds de corps de tourbière» spécifiques. Ce sont des zones humides où de multiples restes humains ont été retrouvés. Celles-ci peuvent provenir d'un seul événement, comme un enterrement de masse lors d'une bataille, tandis que d'autres tourbières ont été utilisées fréquemment sur une plus longue période. Les marques de violence suggèrent que les individus faisaient partie d'un sacrifice rituel, criminels exécutés ou victimes de violence.

"Cela montre qu'il ne faut pas chercher une seule explication pour toutes les découvertes", argumente Van Beek. "Les décès accidentels et les suicides peuvent également avoir été plus fréquents dans les périodes antérieures."

Dans l'ensemble, la nouvelle image fascinante qui émerge est celle d'un phénomène séculaire, diversifié et complexe

Dr Roy van Beek

Dans le cas des offrandes rituelles, un large éventail d'autres objets tels que des ossements d'animaux, des armes en bronze ou des ornements ont été trouvés à côté des restes. Ces 'hotspot bogs' sont considérés comme des lieux de culte, avec une place centrale dans le système de croyance des communautés locales.

"Dans l'ensemble, la nouvelle image fascinante qui émerge est celle d'un phénomène séculaire, diversifié et complexe, qui raconte de multiples histoires sur des thèmes humains majeurs comme la violence, la religion et les pertes tragiques", conclut Van Beek.

Cet article a été initialement publié en anglais. Les textes dans d'autres langues sont traduits par l'IA. Pour changer de langue : allez dans le menu principal ci-dessus.

Donner