Rebond du tourisme : 3 Européens sur 4 envisagent de voyager

L'envie croissante de voyager est bonne pour le secteur du patrimoine, mais de nouvelles incertitudes pointent à l'horizon

Vous prévoyez de partir en voyage cet été ? Vous ne serez certainement pas le seul. Image : mumininan (Canva)

Alors que les restrictions liées au COVID-19 s'assouplissent dans toute l'Europe, les citoyens semblent impatients de recommencer à voyager. Une étude menée par la Commission européenne du voyage (ETC) montre qu'au moins 77 % des Européens prévoient un voyage. Néanmoins, l'ETC mentionne que le conflit en Ukraine et la pandémie en cours restent des facteurs d'incertitude majeurs.

Les Surveillance du sentiment pour les voyages nationaux et intra-européens rapport fournit des informations sur les intentions et les préférences de voyage à court terme des Européens pendant la pandémie de COVID-19. En particulier, les répondants d'Italie, d'Espagne, de Pologne, du Royaume-Uni et d'Allemagne affichent le plus grand optimisme à l'idée de partir en voyage, plus de 80 %, selon un Communiqué de presse ETC.

été méditerranéen

Les résultats de l'enquête confirment que les Européens suivent un schéma saisonnier, les vacances au soleil et à la plage (22 %) étant l'option préférée pour les mois à venir. L'intérêt pour les city breaks (15%) et les vacances au bord de l'eau ou de la côte (15%) reste également stable. Conformément à ces préférences de vacances, la popularité des destinations méditerranéennes augmente : l'Espagne est la destination préférée des Européens, suivie de l'Italie, de la France, de la Grèce et du Portugal.

Bien que l'enquête ait été menée au cours des premières semaines de l'invasion russe de l'Ukraine, le sentiment de voyage des Européens n'a pas encore été affecté par le conflit. Notamment, les Polonais, voisins de l'Ukraine, maintiennent un sentiment de voyage stable, supérieur à la moyenne européenne. L'intérêt de voyager en Europe de l'Est reste également similaire.

Pour les sites patrimoniaux et les musées, l'enquête est une note positive après celle de l'an dernier problèmes. Alors que certains ont remarqué que le tourisme intérieur avait considérablement augmenté, le nombre de visiteurs était bien inférieur à celui d'avant la pandémie. Les musées privés, en particulier, accueilleront les voyageurs à bras ouverts, car ils étaient les plus en difficulté.

Nouvelles incertitudes

Malgré l'envie croissante de voyager à nouveau, les personnes interrogées s'inquiètent des mesures de quarantaine et des changements possibles dans les restrictions de voyage. Dans le même temps, les Européens ayant des projets de voyage à court terme reconnaissent l'importance de protocoles sanitaires stricts, qui procurent un sentiment de sécurité à 37 % d'entre eux, et la tranquillité d'esprit pour se détendre et profiter de leur voyage à 30 % supplémentaires.

« Notre rapport démontre que la confiance des Européens dans les voyages augmente maintenant que le COVID-19 est largement devenu une réalité. De nouvelles incertitudes à l'horizon, à savoir le conflit en cours en Ukraine et la hausse du coût de la vie, présentent des défis pour le secteur du voyage », a résumé le président de l'ETC, Luís Araújo. "Cependant, ETC se réjouit de voir qu'en dépit de ces incertitudes, l'appétit pour les voyages est toujours en hausse et que le secteur du tourisme européen reste résilient."

La source: Communiqué de presse ETC, Rapport ETC

Cet article a été initialement publié en anglais. Les textes dans d'autres langues sont traduits par l'IA. Pour changer de langue : allez dans le menu principal ci-dessus.

X