Le plan d'action de l'UE pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels prend forme : rencontrez 3 projets en première ligne

Une nouvelle initiative de l'Union européenne vise à lutter contre le commerce illégal de biens culturels par le biais d'un plan d'action. Cependant, ce plan va au-delà de l'application de la loi et des services de police traditionnels. Des projets tels qu'AURORA, ENIGMA ou ANCHISE, financés dans le cadre du programme de recherche Horizon Europe, tirent parti des nouvelles technologies pour donner le dessus à la police, aux douaniers, aux maisons de vente aux enchères et aux musées. Alors, que peut-on attendre d'eux ?

Le trafic de biens culturels est le troisième commerce illégal au monde, après les armes et la drogue. En 2020, plus de 850,000 XNUMX artefacts ont été retrouvés et emportés par la police, et plus de la moitié d'entre eux se trouvaient en Europe, estime un Rapport Interpol à partir de 2021. Mais comme de nombreux cas ne sont pas découverts, le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé. Les objets volés ou pillés sont parfois vendus légalement, avec de faux documents sur leur origine, ce qui s'est passé l'année dernière en Belgique.

Entrer AURORA, l'un des derniers projets européens de lutte contre les trafics illicites. Le projet de 3,5 millions d'euros vise à trouver un moyen d'étiqueter les objets afin qu'ils puissent être facilement identifiés dans le monde entier. De nombreux musées utilisent des codes pour marquer leurs objets, mais ces codes ne sont pas toujours reconnus dans d'autres instituts.

Facile à utiliser.

"Si un douanier voit un code, il sait peut-être que l'objet appartient à un musée ou à une institution publique, mais il ne saura pas lequel", explique Lujza Varga dans Magazine Horizon. En tant que chef de département du Musée national hongrois, l'un des instituts participant au projet, elle vise à "créer quelque chose de plus facile à utiliser". AURORA veut relier les artefacts à des marqueurs spéciaux qui peuvent être rapidement identifiés par les autorités et les experts. Ces marqueurs seront fabriqués à l'aide de la nanotechnologie et ne seront pas visibles par les humains. Le projet se poursuivra jusqu'en 2025.

La Hongrie est un lieu important pour les trafiquants car elle se trouve sur la route du Moyen-Orient vers l'Europe. C'est pourquoi il est crucial pour la Hongrie de faire partie d'AURORA. Varga, qui coordonne les projets et les expositions du plus ancien musée national de Hongrie à Budapest, affirme qu'il est important de créer un système qui puisse être utilisé dans toute l'Europe. De cette façon, les acheteurs potentiels et la police peuvent facilement vérifier si un objet est réel ou non.

L'année dernière, trois jeunes ambassadeurs européens du patrimoine ont partagé leurs réflexions sur la lutte contre le trafic illégal de biens culturels. Lire les contributions de Gaëlle Stéphan, Jasna Popović et de Léa Guillemant ici.

Plus de projets

AURORA est l'un des trois projets de l'Union européenne cherchant à trouver de nouvelles façons d'arrêter le commerce de biens volés et de protéger des sites historiques importants. Les autres projets s'appellent ANCHISE (4 millions d'euros) et ENIGMA (4 millions d'euros). La Commission européenne a élaboré un plan en décembre 2022 pour lutter contre le commerce illégal de biens culturels. Le plan comprend le partage de plus d'informations et la formation des policiers et des douaniers. Europol, l'agence européenne chargée de l'application de la loi, joue également un rôle important dans cet effort.

L'une des raisons pour lesquelles le pillage est un gros problème est que les objets sont retirés du sol avant même que les archéologues ne le sachent. Ils ne sont enregistrés dans aucune base de données et ne peuvent pas être signalés comme volés. Le Conseil international des musées fait une liste d'objets (la soi-disant liste rouge) qui sont souvent volés dans des «points chauds de pillage» tels que l'Afghanistan, le Brésil, le Cambodge, la Chine, l'Égypte, la Libye, le Mexique, la Syrie et l'Ukraine.

ANCHISE aidera à identifier les objets pillés. Ce ne sera pas à 100%, mais cela alertera un officier que l'objet a besoin d'être examiné.

Corinne Chartrelle

Application Mobile

Corinne Chartrelle, qui travaillait auparavant à l'Office français de lutte contre les trafics illicites et s'occupe aujourd'hui de ANCHISE, dit qu'un autre problème est que les groupes armés utilisent ce commerce pour obtenir de l'argent pour le terrorisme. "Nous savons que voler des sites archéologiques aide les terroristes, et nous ne pouvons pas séparer les deux." Des chercheurs de l'École nationale de police française, où Chartrelle est désormais basée, développent un outil appelé Arte-Fact. Il était déjà fait pour identifier les objets volés et pillés sous un projet antérieur.

L'idée est simple : vous pouvez télécharger une photo d'un objet via votre application téléphonique, qui vérifie l'image par rapport aux bases de données nationales et internationales des biens volés. "Cela aidera à identifier les objets pillés", a déclaré Chartrelle. "Ce ne sera pas à 100%, mais cela alertera un officier que l'objet nécessite une enquête." L'application suggérera également les meilleurs experts à contacter à propos de cet article.

Identifiant unique

ENIGMA, comme ANCHISE, développe également un outil pour scanner les bases de données de la police et de l'ICOM afin de trouver des objets volés ou pillés. Le coordinateur d'ENIGMA, Charalampos Georgiadis, affirme que l'outil fonctionnera mieux si tous les musées utilisent les mêmes méthodes pour décrire les objets à risque.

«Nous voulons créer un identifiant unique pour les objets», a déclaré Georgiadis, professeur associé à l'école de génie civil de l'université Aristote de Thessalonique en Grèce. Cela signifie proposer des descriptions standard que les musées peuvent utiliser rapidement et sans dépenser trop d'argent. ENIGMA, qui se poursuivra jusqu'en 2025, veut également utiliser l'intelligence artificielle pour rechercher sur Internet des images et des informations sur des objets susceptibles d'être volés ou pillés.

Selon les chercheurs du projet, de nombreux pays européens comme la France, l'Espagne, la Grèce et l'Italie ont un gros problème de vol et de pillage. Et ces projets pourraient s'avérer une arme importante pour protéger le passé de l'Europe. « Nous ne voulons pas perdre notre patrimoine culturel en Europe », déclare Georgiadis. "Cela nous relie à notre passé."

Donner