Image : Mark_Doh (Canva), CC0.

La Belgique protège les épaves en tant que patrimoine culturel

Belgique va commencer protéger davantage d'épaves dans la partie belge de la mer du Nord. Actuellement, seulement 11 épaves sur 280 ont un statut de patrimoine culturel, ce qui rend le reste plus vulnérable aux dommages.

Il y a environ 280 épaves dans la partie belge de la mer du Nord. Environ les deux tiers d'entre eux datent des deux guerres mondiales. L'année dernière, 55 épaves de plus d'un siècle ont été minutieusement examinées. Par une nouvelle loi, le vice-Premier ministre Vincent van Quickenborne veut protéger ces épaves.

Qu'est-ce que cela signifie?

Plus précisément, grâce à cette nouvelle loi, tout ce qui est sous l'eau depuis plus de 100 ans sera automatiquement classé comme patrimoine culturel.

Une fois que les épaves auront un statut de patrimoine culturel, elles seront marquées sur les cartes maritimes officielles. Les activités susceptibles d'endommager les épaves ne peuvent plus être effectuées autour des emplacements des épaves. Cela signifie que les bateaux ne peuvent pas jeter leurs ancres ou pêcher avec de grands filets, par exemple. Donner aux épaves un statut de patrimoine culturel les protège également du pillage.

Outre leur importance pour l'histoire maritime, les épaves ont également une fonction écologique. De nombreuses épaves attirent les animaux marins et deviennent une sorte de récifs.

Partager la recherche

La promotion de l'archéologie maritime belge est également importante pour Van Quickenborne. Le ministre souhaite rendre la nouvelle recherche accessible au public par le biais d'une exposition et d'une campagne plus large. Une base de données des épaves est également disponibles, bien que ce ne soit actuellement qu'en néerlandais.

La source: Le Brussels Times,, Archéologie en ligne (Néerlandais)

Pour en savoir plus sur la politique du patrimoine, cliquez sur ici ou consultez l'une des balises ci-dessous:

X