Une plaque tournante pour les antiquités volées : les autorités belges vendent accidentellement du bronze d'Ife volé pour 240 €

Une attitude laxiste envers le crime d'art provoque un scandale, alors qu'un marchand d'art flamand demande 5 millions d'euros pour restituer un artefact au Nigeria.

Les musées, les professionnels et les gouvernements prennent position sur la restitution des objets pillés à leurs propriétaires légitimes. Mais un cas remarquable en Belgique montre les difficultés lorsqu'il s'agit de restituer un patrimoine volé. Après qu'un antiquaire flamand ait payé 240 € (!) pour une figurine en bronze volée d'une valeur de plusieurs millions, il refuse désormais de la restituer au Nigeria à moins qu'il n'atteigne le prix de 5 millions d'euros.

La tête en bronze grandeur nature, appelée «Ife-bronze», a été volée lors d'un violent vol en 1987 au Musée national de la ville nigériane de Jos, avec huit autres pièces. Trente ans seulement après le vol, en 2017, l'artefact refait surface à Londres dans une maison de vente aux enchères. Un antiquaire flamand a tenté de le vendre, mais après enquête, le bronze s'est avéré volé. Le vendeur a révélé avoir acheté la pièce en 2007, lors d'une vente publique du Service fédéral des finances belge pour seulement 240 €, les plateformes d'information De Tijd et VRT NWS signalé.

Profiter du laxisme

Si le cas est certes remarquable, il est loin d'être unique en Belgique. Les recherches de De Tijd et de VRT NWS ont montré que le pays est reconnu internationalement comme une plaque tournante pour la vente et l'achat d'antiquités volées. En raison du manque de contrôle dans l'octroi des licences d'exportation, de nombreuses antiquités volées deviendraient des «achats légaux» en Belgique. Les douanes interceptent également à peine les « biens culturels » : seulement 19 ont été saisis l'année dernière et un seul en 2018, AD a écrit.

La tête de bronze volée. Image : Le temps

L'argent impliqué dans la contrebande d'antiquités reste également non détecté. Ces dernières années, pratiquement aucune transaction suspecte n'a été signalée à la cellule anti-blanchiment. L'une des principales raisons est que presque personne n'enquête sur ces transactions ou licences. Après la fermeture de l'unité d'enquête sur les délits d'art de la police belge en 2015, il ne restait plus qu'un détective et un assistant pour superviser l'ensemble de la Belgique, Knack signalé. "Le secteur de l'art et des antiquités en Belgique a profité de ce laxisme", a admis un porte-parole du Parquet bruxellois.

Rembrandt au magasin de nuit

La désorganisation est exemplaire de la manière dont les autorités belges luttent contre la criminalité artistique. Ils n'ont trouvé aucune information sur la façon dont le bronze volé est entré en leur possession, malgré les multiples demandes de journalistes. Après une recherche approfondie, le service des finances a pu remettre un morceau de papier griffonné avec les détails de la vente à un "antiquaire respecté de la Flandre orientale". On ne sait pas si l'homme savait qu'il achetait un artefact nigérian figurant sur la liste rouge.

Imaginez qu'un Rembrandt ou un Raphaël soit volé au Louvre et se retrouve ensuite dans un night-shop au Nigeria… Que se passerait-il alors ?

Babatunde Adebiyi

Babatunde Adebiyi de la Commission nigériane des musées et des monuments est convaincu que le marchand savait ce qu'il faisait, a-t-il déclaré à VRT NWS. « C'est un antiquaire réputé. En tant qu'antiquaire, il savait qu'il s'agissait d'une statue en bronze d'Ife qui avait très probablement été pillée. Cependant, il a choisi de garder la statue. Adebiyi ne pouvait pas comprendre comment les autorités belges avaient pu vendre l'œuvre d'art en premier lieu : « La Belgique n'aurait jamais dû vendre la tête de bronze publiquement. Si vous trouvez quelque chose qui a été volé, vous le rendez à son propriétaire. Cela ne s'est pas produit dans ce cas.

Il rejette l'affirmation du marchand selon laquelle il a acheté l'objet légalement et ne devrait donc pas le restituer. "Cela n'a pas d'importance. La tête de bronze avait été signalée internationalement comme patrimoine volé au moment de la vente. Alors que le dealer a baissé son prix à 60.000 €, le Nigeria refuse toujours de payer. « C'est un élément du patrimoine national ! Un bel objet d'art fabriqué par nos ancêtres est traité comme une marchandise plate. Il poursuit : « Imaginez qu'un Rembrandt ou un Raphaël soit volé au Louvre et se retrouve ensuite dans un night-shop au Nigeria… Que se passerait-il alors ? L'Europe exigerait immédiatement l'extradition et l'arrestation du commerçant nigérian !

Question de sécurité

Le Musée royal de l'Afrique centrale à Tervuren, Belgique. Image : EmDee (wikimédia) CC BY-SA 3.0

Malgré la preuve évidente que la tête de bronze est bien un artefact volé, on ne sait toujours pas ce qu'il convient d'en faire. Le cas diffère des autres opérations de retour, telles que la Bronzes du Bénin. Par exemple, « les Nigérians disposent-ils des installations nécessaires pour sécuriser en toute sécurité ce type de patrimoine ? » se demande Julien Volper, conservateur au Musée royal de l'Afrique centrale de la ville belge de Tervuren. "Dans les années XNUMX et XNUMX, il y a eu plusieurs vols dans les musées nigérians, y compris le musée de Jos. Plusieurs pièces d'Ife ont été volées dans le processus", a-t-il déclaré. «Nous devons découvrir comment ces pièces ont été volées et comment elles ont ensuite été commercialisées en Occident. Ce n'est pas seulement une affaire occidentale.

Babatunde Adebiyi a été agacé lorsqu'il a entendu l'argument de Volper : « C'est vrai que la sécurité dans nos musées était autrefois problématique. De nos jours, cependant, nos musées sont beaucoup plus sûrs. Et sûr ou non, peu importe. La tête de bronze est à nous et doit être rendue au Nigeria. Il n'y a rien de plus à dire à ce sujet.

La source: AD (Néerlandais), Knack (Néerlandais), VRT NWS (Néerlandais)

X